2018 : 2 jours

7 mai 2018

Drone israel

Ce drone ambulance peut transporter des blessés sans pilote

Une simulation grandeur nature d'évacuation de victimes a été organisée par Tactical Robotics au début du mois de mai. La démonstration s'est tenue à l'aérodrome de Megiddo en Israël.

On n'a pas fini de découvrir toutes les applications possibles des drones. Une société israélienne, Tactical Robotics, filiale d'Urban Aeronautics, a réussi avec succès une simulation d'évacuation de blessés avec son drone Cormorant. L'essai a eu lieu sur l'aérodrome de Megiddo en Galilée, le 7 mai 2018. Le principal client de l'entreprise est l'armée israélienne. L'appareil permet le transport de victimes, mais il est aussi conçu pour assurer l'acheminement de matériel. Lors de la démonstration, les deux fonctions ont été présentées et la mission a été réalisée de manière autonome.
Le patient transporté communique via une caméra
Le Cormorant peut évacuer deux blessés en même temps. Une fois dans le drone, les victimes restent sanglées à leur brancard qui est ensuite fixé à l'intérieur de l'habitacle. D'éventuelles poches de perfusion peuvent être accrochées sur les parois de l'appareil. Une fois les blessés installés, les brancardiers referment la porte du drone qui peut alors décoller,  pour un vol sans pilote. L'opération est supervisée par un chirurgien en chef en lien avec l'équipe au sol et une caméra permet de communiquer avec le patient transporté.
Publicité
L'appareil est conçu pour répondre aux exigences de sécurité d'un transport de personnes en situation de conflit. Il est aussi adapté à des évacuations en cas de catastrophes naturelles comme des tremblements de terre ou des inondations. Sa capacité à livrer aussi des vivres en fait un allié de taille pour gérer des situations extrêmes. Sa principale différence avec la concurrence réside dans sa capacité à transporter des charges allant jusqu'à 500 kilos.

31 mai 2018

Femme voilee
Après la France et la Belgique, le Danemark interdit le voile intégral dans l'espace public
 
Le parlement danois a adopté ce jeudi 31 mai 2018 une loi interdisant le port du voile intégral islamique ( burqa ou niqab) dans l’espace public, suivant ainsi d’autres pays européens comme la France ou la Belgique.
« Toute personne qui, dans des lieux publics, porte un vêtement qui lui cache le visage est passible d’amende », dispose le texte qui a été adopté par 75 voix contre 30.
Une infraction sanctionnée par une amende de 134 euros
Le projet de loi, porté par le gouvernement de centre-droit, avait aussi les faveurs des deux premières forces politiques au Parlement : les sociaux-démocrates et le Parti populaire danois (populiste, anti-immigration).
A partir du 1er août, date d’entrée en vigueur de la nouvelle législation, toute infraction à l’interdiction du port du voile intégral dans les lieux publics sera sanctionnée d’une amende de 1.000 couronnes danoises (134 euros). Si les infractions sont répétées, l’amende pourra s’élever à 10.000 couronnes.
« Si certaines restrictions spécifiques au port du voile intégral peuvent être légitimes pour des raisons de sécurité publique, cette interdiction n’est ni nécessaire ni proportionnée et viole les droits à la liberté d’expression et de religion », a réagi Amnesty International dans un communiqué.
 
Les cagoules et fausses barbes également ciblées
L’interdiction vise également d’autres accessoires qui dissimulent le visage comme les cagoules ou les fausses barbes.
Aucun document officiel ne fait état du nombre de femmes portant le niqab ou la burqa au Danemark.
« Je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup (…). Mais si c’est le cas, vous devez être puni d’une amende », avait déclaré le ministre de la Justice Søren Pape Poulsen à des journalistes, selon l’agence de presse Ritzau.
Le port du voile intégral islamique est interdit ou limité dans plusieurs pays européens. La France a été le premier pays d’Europe à interdire le voile intégral dans l’espace public, avec une loi « interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 02/06/2018